Transport fluvial


Retour au site 

Cette page montre essentiellement les atouts du transport fluvial ainsi que des témoignages d'entreprises ayant choisi le transport fluvial pour l'acheminement de leurs produits...

Vous pouvez trouver sur d'autres pages des informations concernant :

le plan wallon d'aide au transport fluvial
des études (enquête auprès des chargeurs, étude sur les conteneurs en Wallonie)
la batellerie et les types de bateaux
le réseau des voies navigables (cartographie)


"Voies navigables, Voies d'avenir", le transport fluvial

Production du Service public de Wallonie
copyright : SPW DGT253 mai 2010
durée 4'43"

Des atouts à faire valoir

Les voies navigables européennes ont été classées en différentes catégories par la CEMT et par les Nations Unies. (Voir la résolution de la CEMT concernant ce classement).

Le réseau des voies navigables wallon est composé, à plus de 80 %, de rivières et canaux de classe IV ou supérieure (accessibles aux bateaux de 1350 tonnes et plus). Ceci permet l'usage d'unités performantes à coûts réduits. Il constitue, entre la France, l'Allemagne et les Pays-Bas, un maillon essentiel du réseau fluvial européen qui compte quelque 38.000 kilomètres de voies navigables.

Des cartes du réseau sont disponibles dans le chapitre " cartographie".

Le transport fluvial est fiable, rapide, ponctuel...

Le matériel de navigation a fortement évolué ces dernières années. Aujourd’hui, des bateaux modernes, de tous types et de toutes dimensions, équipés des dernières technologies en matière de télécommunication et d’appareils d’aide à la navigation (radars, pilotes automatiques, GPS, cartes de navigation électroniques, ordinateurs de bord, moteurs d’étrave, etc.) permettent de répondre aux attentes les plus diverses des chargeurs.

Tout peut être transporté par bateau et manutentionné dans les ports, grâce à du matériel adéquat, du plus simple au plus spécialisé. 

 

 

 

 

Pièces exceptionnelles

Céréales



Tout au long des 450 kilomètres de voies navigables wallonnes, des installations modernes, publiques ou privées, sont aménagées pour le chargement, le déchargement et le stockage des cargaisons. Les opérations de logistique (transports, manutentions, stockages, conditionnements, transformations, ...) sont facilitées par des acteurs expérimentés et le potentiel de développement est considérable. 

 

 

 

Produits carriers

Conteneurs

Matériaux pulvérulents

Le conteneur permet de transporter les marchandises les plus variées. Il est l'unité de transport intermodal par excellence. Il est le complément idéal d'un transport fluvial pour effectuer le pré- ou le post-acheminement entre le lieu de départ ou d'arrivée, situé en dehors de la voie d'eau, et la plateforme multimodale où les barges porte-conteneurs assurent la liaison avec les ports maritimes.

 

 

 

Le "Just in time" est également un facteur déterminant dans le choix du mode de transport. Le transport fluvial ne subit pas les encombrements et les restrictions de la circulation routière ou les limites du chemin de fer. Grâce à une bonne programmation et à une coordination efficace entre chargeurs, affréteurs et transporteurs, les marchandises arrivent à bon port, dans les temps. Ce respect des délais est un atout important du transport fluvial.

En outre, le bateau peut servir de stock flottant, soit avant, soit après un voyage.

Enfin, la sécurité est un des atouts majeurs du transport fluvial.

Comparé aux autres modes de transport, les risques d'accident de navigation sont extrêmement limités. Selon des études récentes, le transport fluvial de marchandises est de 100 à 300 fois plus sûr que le transport routier, ce qui le rend également particulièrement attrayant pour le transport de marchandises dangereuses.

... écologique et économique ! 

Sur le plan du respect de l'environnement, le transport fluvial induit nettement moins de nuisances que le transport routier. Grâce à des moteurs plus propres et plus performants, le transport fluvial peut clairement faire partie des solutions à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés par le protocole de Kyoto.

Des études convergentes ont montré que le transport fluvial permettait une réduction de la consommation d'énergie de 3 à 6 fois par rapport au transport routier. A une réduction du coût énergétique du transport s'associe ainsi une réduction de l' émission de CO 2  de l'ordre de 60 grammes par tonne-kilomètre transportée. Compte tenu du nombre de tonnes-kilomètres effectuées en Wallonie pendant un an, cela équivaut à une économie de plus de 100.000 tonnes de CO 2 .

Avec l'arrivée de moteurs et de techniques de propulsion plus performants, le secteur des transports fluviaux a réduit sa consommation de carburant de 15 % depuis 1990 et le potentiel d'amélioration reste important puisqu'en mettant en oeuvre de manière systématique les technologies disponibles dès à présent, la navigation intérieure peut encore réduire ses émissions de carbone de 30 %.

En outre, avec une politique volontariste de la part des autorités publiques et du secteur privé, l'application des dernières avancées en matières de moteurs électriques, de piles à combustibles et de biocarburants permettrait au mode de transport le plus ancien du monde d'être en même temps le plus moderne et de réduire à zéro son bilan carbone à l'horizon 2030.

Enfin, les coûts externes induits par le transport fluvial sont les plus bas parmi tous les modes de transport. Ces coûts externes sont dus à la pollution, aux embouteillages, aux accidents, aux frais d’infrastructure, au bruit, à l’effet climatique et sont à charge de la société dans sa globalité puisqu’ils ne sont pas compris dans le prix de transport.

 

Moyenne des coûts externes marginaux du transport par mode en € par 1.000 tkm     (document de la Commission des Communautés Européennes)

Elément de coût

Transport routier

Transport ferroviaire

Navigation intérieure

Maritime courte distance

Accidents

5,44

1,46

0

0

Bruit

2,138

3,45

0

0

Polluants

7,85

3,8

3

2

Coûts climatiques

0,79

0,5

Négligeable

Négligeable

Infrastructure

2,45

2,9

1

Moins de 1,0

Saturation

5,45

0,235

Négligeable

Négligeable

Total

24,118

12,345

Maximum 5,0

Maximum 4,0

 

Différence de coût par rapport au transport routier

11,8 € par 1.000 tkm

Env.19 € par 1.000 tkm

Env. 20 € par 1.000 tkm

Réduction des coûts externes pour 1000 tkm transférés du transport routier vers d’autres modes

11,80 €

19 €

20 €

Réduction de coût de 1 € en transférant le fret routier vers d’autres modes

85 tkm

52 tkm

50 tkm


 

Cela étant, il reste encore bien des surfaces disponibles le long de la voie d'eau et bien des possibilités intéressantes pour les investisseurs. La Direction de la Promotion des Voies Navigables et de l'intermodalité peut servir d'intermédiaire entre ceux-ci et les propriétaires - la Région wallonne, les Ports autonomes ou les intercommunales de développement économiques. 

un bateau de 80 mètres = 60 camions sur 3500 mètres

Afin d'illustrer les propos ci-dessus, voici le témoignage d'entreprises qui ont fait appel au transport fluvial pour l'acheminement de leurs produits. Le prix de la DPVNI récompense chaque année une entreprise qui a réalisé une belle progression en pourcentage de son tonnage fluvial sur l'année écoulée.


 



 

Sommet de la page

Témoignages

L'entreprise Carmeuse (prix DPVNI 2016), représentée par Damien GREGOIRE - Country Coordinator

La société Calcaires de la Sambre (prix DPVNI 2015), représentée par Michel EVRARD - Directeur

L'entreprise Idempapers (prix DPVNI 2014), représentée par Jean BERNARD - Responsable Environnement 

La Malterie du Château à Beloeil (prix DPVNI 2013), représentée par Jean-Louis DOURCY - Directeur 

L’entreprise  Yara (prix DPVNI 2012), représentée par Claudy DALNE - Logistics manager 
  
La société Wal.Agri (prix DPVNI 2011), représentée par Max DEHON - Directeur général 

La société Carrières Unies de Porphyre (prix DPVNI 2010), représentée par Patrick PAWLICKI - Administrateur délégué

    

N. et B. KNAUF s.c.s./e.c.v.

Le groupe KNAUF, présent dans le monde entier, est spécialisé dans l’extraction et la transformation du gypse ainsi que dans la fabrication de matériaux pour le bâtiment.

« Fin 2000, nous avons décidé de transférer de la route vers la voie d’eau notre trafic de plâtre entre notre usine KNAUF à Engis et sa filiale ISOLAVA à Wielsbeke (Flandre occidentale), soit environ 65.000 tonnes par an.

L’Arizona qui réalise ce trafic a été spécialement construit pour transporter notre produit. Il est équipé notamment d’un système pneumatique de déchargement, d’un système de filtres purifiant l’air qui s’é chappe des huit cuves de 150 tonnes lors du chargement et d’un système électronique de séchage d’a ir qui contrôle en permanence le niveau d’humidité des cuves. Le coût total de ce bateau de 1.200 tonnes avoisinait à l’époque les 2,75 millions d'euros. Le plâtre est chargé sur le bateau à une température moyenne de 95 ° et en absence totale d’h umidité, via un système de tuyauterie qui permet au batelier d’être totalement autonome lors de l’o pération de chargement du produit.

Aujourd’hui, après quelques années d’expérience, il est clair que le transport fluvial de plâtre s’avère très économique, écologique et facilite nos rapports avec nos riverains. »

Fabien RENCUROSI
Directeur
KNAUF
Jacques THYS
Directeur Administratif
KNAUF

En 2013, " le groupe KNAUF dresse un bilan positif de sa politique de transport et poursuit sa stratégie de diversification" par Monsieur Patrick RENARD, Directeur général.

Groupe LHOIST

Le Groupe LHOIST est un des premiers producteurs mondiaux de chaux et de dolomie, pour l'industrie, l'agriculture et l'environnement. Il a obtenu le prix spécial du 10e anniversaire de l'OPVN lors de la journée de rencontre du 31 mai 2005.

Chargement des pierres à Marche-les-Dames
Chargement des pierres
à Marche-les-Dames
Déchargement à Hermalle-sous-Huy
Déchargement
à Hermalle-sous-Huy
 

« En Wallonie, nos usines de Marche-les-Dames et de Saint-Georges-sur-Meuse, toutes deux implantées en bordure de Meuse, produisent un total de quelque 5,3 millions de tonnes par an de pierres dolomitiques et de chaux. Chaque année, notre site de production de Marche-les-Dames doit expédier vers nos fours à chaux de Saint-Georges-sur-Meuse 1.200.000 tonnes de pierres dolomitiques.

A partir de l’automne 2004, la totalité de ce flux a été confiée au transport fluvial !

Depuis, quatre bateaux suffisent à transporter quotidiennement 5.500 tonnes sur 33 kilomètres de Meuse. Pour le Groupe LHOIST, le choix du transport fluvial représente, chaque année, le retrait de près de 85.000 mouvements de camions entre les deux sites.

Nous avons résolument mené cette politique de transfert modal de la route vers la voie d’eau en raison de son impact sur l’environnement – réduction des nuisances sonores, des poussières, des émissions de gaz à effet de serre – , sur la mobilité et sur la sécurité, de son coût économique, mais aussi de sa valeur stratégique. Pour le Groupe LHOIST, comme pour ses clients, la voie d’eau offre un avantage concurrentiel stratégique : elle sécurise ses expéditions à forts volumes sur le long terme, en raison de l’importante réserve de capacité dont elle dispose actuellement ».

François-Xavier DUROY
Responsable Logistique et Administration des Ventes
LHOIST EUROPE DE L’OUEST

« La maîtrise de l’environnement est un facteur décisif de développement durable du Groupe LHOIST. »
J.-P. BERGHMANS - Président du Comité Exécutif


S.A. CORMAN

La société Corman produit des beurres, crèmes et ingrédients nutritionnels laitiers. Elle est implantée à Goé, dans une région rurale proche de Verviers (Belgique). Elle a apporté son témoignage lors du colloque sur les conteneurs organisé par l'OPVN le 22 novembre 2005.

« Pour réussir tout en gardant un ancrage fort à Goé, nous avons mis en place une logistique forte qui ne peut jamais être un frein au développement de nos activités. De notre usine de Goé, nous exportons 30.000 t par an vers l’outre-mer, par conteneurs maritimes.

À partir de 2004, suite aux difficultés d’accès au port d’Anvers, aux pressions tarifaires des transporteurs routiers et à la facturation de plus en plus fréquente d’heures d’attente à Anvers, nous avons décidé de recourir au transport fluvial entre Liège et Anvers pour le transport de nos conteneurs. L’utilisation de ce service régulier de transport fluvial de conteneurs s’est vite avérée être une solution pratique et fiable pour nos acheminements, basée sur un mode de transport efficace, qui nous offre une souplesse d’exécution, un intérêt économique réel, doublé en plus d’un intérêt écologique. Si c’était à refaire … nous commencerions plus tôt ! »

José SENTE
Logistic Manager
CORMAN S.A.